Accueil » HESM » Quelques autres studios montréalais…

Quelques autres studios montréalais…

Studio C - Son Québec en 1984

Le Montréal de la fin des années 1960 et 1970 a vu émerger de nombreux studios d’enregistrement créés par de jeunes entrepreneurs de l’industrie du son.

Denis Pantis

Au cours des années 1960, il commence à produire les premiers disques de rock ‘n’ roll francophones au Québec. En 1962, il rencontre Michèle Richard et réalise l’album « Twiste avec Michèle » qui se vend à plus de 100 000 exemplaires. En 1964, il lance l’étiquette Jeunesse sur laquelle sont produits « Ce soir » de Gilles Brown et « Avant de me dire adieu » des Classels. 

En 1965, Pantis crée Télédisc, qui regroupe les Bel Canto, les Sultans, les Bel-Airs et les Mersey’s, César et les Romains, Les Gendarmes, Les Chanceliers et les Milady’s. Deux ans plus tard, il fonde les Industries Denis Pantis. Il lance alors une troisième étiquette, DSP, et met notamment sous contrat Renée Martel et Michel Pagliaro. Puis, en 1969, il achète l’équipement de Stereosound et ouvre le Studio DSP où enregistrent pendant les années 70 nombre de vedettes. Depuis 1981, Denis Pantis dirige les Disques Mérite et se consacre à valoriser le catalogue de la musique québécoise des années 50, 60 et 70.

Studio Six (1968 à environ 1982)

En 1968, l’ex-patriote américain Chuck Gray a déménagé d’Ottawa à Montréal pour ouvrir le Studio Six avec une capacité d’enregistrement de 8 pistes nouvellement acquise. Le studio était à l’étage supérieur d’un immeuble au 1180 Saint-Antoine. Finalement, le studio a acheté une console d’enregistrement automatisée Neve et se lance dans le monde de l’enregistrement 24 pistes. De nombreux projets d’albums de jeunes groupes québécois des années 70 y ont été enregistrés. En 1976, le studio déménage sur le site du McGill College laissé vacant par Tempo. Dans les années 80, M. Gray vend l’entreprise à Guy Trépanier du Groupe Concept Musique et retourne aux États-Unis. Le bâtiment a ensuite été démoli pour faire place à l’élargissement du McGill College.

Parmi les ingénieurs qui ont travaillé au Studio Six figurent Nelson Vipond, Ian Terry, Michael Delany et Quentin Meek.

Studio de Son Québec (1972-    )

En 1972, après deux ans d’activité, André Perry vend son studio du 1135 carré Amherst à André Bruneau, un homme d’affaire et musicien amateur, et au producteur de disque Gilles Talbot.  Le nom du studio change pour Les Studios de Son Québec.  Bernard Dubost est nommé directeur général.  L’équipement demeure le même que du temps d’André Perry : des consoles d’enregistrement Neve, des enregistreuses Ampex 8 et 16 pistes.  On y trouve trois studios dont un qui peut accueillir 50 musiciens. En 1974, le studio acquiert une enregistreuse 24 pistes.  Au cours des années, plusieurs artistes québécois y ont enregistré. On enregistrait aussi des messages publicitaires pour la radio et la télévision.  En 1977, Bernard Dubost achète l’entreprise et la conserve jusqu’à sa retraite, en 1991. Il la vend alors au propriétaire actuel, Groupe Modulations, spécialisé en postproduction audiovisuelle.

Plusieurs personnes y ont travaillé comme opérateur de son, notamment Claude Demers, Ian Terry, Nelson Vipond, Michel Ethier, Pierre Tessier, Philippe Espantoso, Tim Hewlings, Serge Gaudet et Pierre Décarie.

Listen! Audio productions (1973 –    )

Cette firme de la Place Royale dans le Vieux-Montréal a produit des publicités pour la radio et la télévision qui se sont mérité des prix prestigieux depuis le début des années 1970.  Dirigée par un animateur radio bien connu, George Morris, cette compagnie produit des messages publicitaires pour General Motors, Air Canada, Participaction, Petro Canada et plusieurs autres.  Le studio d’enregistrement de musique est équipé d’une console Neve et d’une enregistreuse Studer. On y retrouve un deuxième studio plus petit.

Studio St-Charles (1976-1996)

En 1976, 12 partenaires dont Michel Ethier, Pierre Tessier, Yves Senecal, Stéphane Venne, Marcel Lefebvre et d’autres, fondent à Longueuil un studio équipé d’un appareil 24 pistes.  Au milieu des années 1980, Studio St-Charles fut acquis par TVA, une entreprise de télévision, qui le ferme en 1996.  Au cours des années, Michel Ethier, Pierre Tessier, Ambroise Dufresne et René Godbout y ont travaillé comme opérateur de son.

TM Audio (1978- 1990)

Ce studio, un design de John Edwards de Los Angeles de la fin des années 1970, faisait parti du complexe de Télé-Métropole (Papineau et de Maisonneuve). Utilisé pour l’enregistrement de la musique pour les émissions de télévision, ce studio était dirigé par Michel Ethier.  Après l’acquisition de Studio St-Charles, à la fin des années 1980, par le réseau de télévision TVA, ce studio a été divisé en trois espaces pour la postproduction audio.

Studio Place Royale
Audio Postproduction SPR (1979 –    )

En 1979, Normand Rodrigue et Stanley Browne quittent Listen! Audio pour ouvrir sur la Place Royale dans le Vieux-Montréal, leur propre studio de montage audiovisuel.  En croissance, Studio Place Royale déménage en 1987 à l’étage supérieur du 640 Saint-Paul Ouest.  L’entreprise change de nom pour Audio Postproduction SPR..  Toujours en croissance, l’entreprise possède six studios d’enregistrement équipés à la fine pointe de la technologie.  Elle offre des services de doublage, de bruitage, d’effets sonores et de mixage en format Dolby 5.1 Surround.  L’entreprise est devenu la plus importante de Montréal dans son domaine et plusieurs de ses productions ont gagné des prix prestigieux.  On y travaille sur différents projets de vidéos corporatives, de films publicitaires, de séries télévisées et de films.