Histoire du son à Montréal

Histoire de l'enregistrement du son à Montréal

Cette exposition virtuelle a été créé pour rendre hommage à tous ceux qui ont participé de près ou de loin à cette passionnante histoire.

Textes originaux écrit par Timothy Hewlings.
Adaptation et intégration : François Pilon

Si vous pensez que vous pouvez contribuer des documents ou archives dans le but de bonifier cette exposition, n'hésitez pas à nous contacter.

Charles Chuck Grey photo

Charles « Chuck » Gray et Studio Six (1968-1982)

Charles « Chuck » Gray Charles « Chuck » Gray est venu au monde aux États-Unis. Chuck et sa femme Judy ont fondé Studio Six en 1969. En premier, ils ont déménagé d’Ottawa à Montréal et ils ont commencé à chercher des espaces d’enregistrement et se sont finalement installés dans un grand espace au 5e étage du 1180, rue St-Antoine. Le Studio Six En 1970, les équipements d’enregistrement originaux était très simples et comprenait deux mixeurs Gatley, une console Weigand et quelques magnétophones. C’était la première console avec des « channel strip ». Cela n’était pas une bonne console. Mon premier travaille était de régler les problèmes, j’ai même changé le design de l’EQ […]

Lire plus
Régie du Studio Tempo

Studio Tempo (1972-2003)

Lorsque Studio Tempo ouvre ses portes en 1972, il devient le deuxième studio montréalais le mieux équipé.  Sa conception est signée par le designer Tom Hidley de la très renommée Westlake Audio de Los Angeles.  On y trouve une régie de son Westlake, un pupitre de son Neve d’origine anglaise, une enregistreuse 16 pistes MCI et un système de réduction de bruit de fond Dolby. Au cours de ses premières années d’opération, sous la direction technique de Tom Montgomery et du chef-preneur de son Michel Lachance, et plus tard d’Ian Terry, le studio s’efforce de rester à l’avant-garde de la technologie.  Situé à l’étage supérieur du 1422, avenue McGill College, […]

Lire plus
Guy Charbonneau, propriétaire et opérateur du studio Le Mobile

Guy Charbonneau – Filtroson – Le Mobile

Guy Charbonneau 1945 – aujourd’hui Guy Charbonneau est un pionnier à l’égard de l’industrie de l’enregistrement du son. Il est passionné, authentique et sans prétention. Il est né en 1945 à Rigaud au Québec. Filtronique 1969 – 1974 En 1969, il exploitait un magasin audio à l’avant-garde, Filtronique. Une entreprise basée sur la rue Lajeunesse à Montréal. C’est à partir de cet endroit que tout a débuté. « Mon histoire commence en 1973, lorsqu’une station de radio montréalaise bien connue (CFGL qui est opérée alors par Jean-Pierre Coallier) est venue dans mon magasin audiophile haut de gamme pour demander des conseils sur l’enregistrement d’une émission de musique en direct. J’ai […]

Lire plus
Gaétan Pilon

Gaétan Pilon – Son Soleil – Studio Victor

Texte écrit par : François Pilon Gaétan Pilon (1955 – aujourd’hui) Ingénieur du son et producteur, il est né à Saint-Henri, Montréal. Il a étudié à Vincent d’Indy. Son Soleil (1977-1985) Dans un sous-sol en 1977, le studio maison Son Soleil voit le jour. Trois jeunes entrepreneurs Gaétan Pilon, Gérard Brunet (Junior) et François Pilon développent leurs compétences dans le domaine de l’enregistrement sur la rue De Monts à Ville-Émard. Ils commenceront par acquérir 2 enregistreuse 4 pistes TEAC A-3340, pour ensuite passer à une enregistreuse 8 pistes TEAC Tascam 80-8 et finalement acquérir la 24 piste MCI JH24 du Studio Tempo. Tout ça en quelques mois. Comme console le […]

Lire plus
Supersuite

Jean-Luc Louradour et Timothy Hewlings – Résonance TJL

Jean-Luc Louradour, ingénieur-technicien spécialiste en électronique, en acoustique et en électro-acoustique Monsieur Louradour obtient son diplôme d’ingénieur-technicien en électrotechnique de l’École Technique Supérieure du Canton de Neuchâtel, Le Locle, Suisse en 1972. Il immigre au Canada en 1974 et commence, dès lors, à travailler dans le domaine de l’électronique pour l’industrie audio professionnelle. Il sera appelé à élaborer les plans d’acoustique pour des studios d’enregistrement au Canada et aux États-Unis. En 1984, il fonde Normatrol inc, une compagnie originalement vouée au développement et à la manufacture de contrôleurs automatiques pour des systèmes de chauffage solaire. Cette compagnie est actuellement active dans le domaine de l’installation et de l’entretien de studios. […]

Lire plus
Histoire de enregistrement à Montréal

Les sonorisateurs

Ce chapitre de l’exposition virtuelle est dédié aux sonorisateurs. Ce sont ceux qui ont travaillé à obtenir la meilleure qualité sonore d’enregistrement. Grace à eux et leurs judicieux conseils, de nombreux artistes ont pu avoir le meilleur rendu possible de leur création. C’est donc naturel de considérer ces sonorisateurs comme des pionniers de l’enregistrement et ainsi les inclure dans notre exposition. La formule retenue pour faire ceci est celle d’un annuaire classé alphabétiquement dans lequel vous trouverez une petite biographie, les qualifications techniques ainsi que les principales réalisions à lesquelles ils ont participé. Arbour, François Expand Biographie et réalisations à venir. Austin, Rick Expand Biographie et réalisations à venir. Barsalo, […]

Lire plus
Enregistrement du son pour le cinéma

Cinéma et enregistrement sonore

L’industrie cinématographique progresse, au cours du XXe siècle, au rythme des développements techniques dont certains concernent directement la technologie de l’enregistrement sonore L’invention du Blatnerphone en 1929, permet d’enregistrer de façon magnétique le son cinématographique sur fil d’acier. En 1934, John A. Maurer met au point une enregistreuse sur film de son optique. Cet appareil utilise du film 16mm avec perforations qui peut être synchronisé avec les images en même temps qu’on les édite à l’aide d’un appareil Moviola. Dans les années 1950, les enregistreuses magnétiques permettent aux monteurs de son de découper directement le son synchronisé sur des bancs de montages Moviola et Steenbeck sans être obligés de passer […]

Lire plus
Transition vers le numérique

À l’ère du numérique ; une industrie en transition

En 1981, Sony met en vente la première enregistreuse pour système PCM (Pulse-Code-Modulation), le PCM-F10 et l’enregistreuse portable PCM-F1 pour support numérique.  Ces appareils, à des prix accessibles, permettent l’enregistrement audio numérique sous la forme d’un signal vidéo dans les formats standard Beta, VHS et U-matic.  Les systèmes antérieurs développés par Decca et par Soundstream étaient très coûteux.  Sony améliore son produit avec le PCM-701ESD (1983); le PCM-601ESD (1985) et le PCM-501-ESD (1987).  Ces appareils deviennent instantanément désuets lorsqu’en 1987, l’enregistreuse avec système DAT (Digital Audio Tape) arrive sur le marché.  Le coût de cet appareil (7 000 $) est tellement plus bas que celui de l’enregistreuse à bande magnétique (30 000 $) qu’il […]

Lire plus